LE TEMPS D'UN PREMIER BILAN

Par Rebecca Morency, boursière stagiaire 2012-2013
14 décembre 2012

Fin de la période des travaux parlementaires, fin d’un jumelage, fin de l’année ; pour nous, cette période est tout à fait désignée pour faire un bilan des trois derniers mois.

Malgré qu’il ait été écourté en raison des récentes élections, nous n’entretenions pas moins d’enthousiasme et de fébrilité à l’égard du premier jumelage. Heureux de nos choix, nous nous sommes efforcés d’aider, au mieux de nos connaissances, nos députés respectifs dans leurs tâches. Que ce soit en préparant des questions, des résumés, des rencontres, en les accompagnant dans leurs sorties publiques ou en approfondissant un thème ou un projet en particulier, nous avons été à même de les épauler.

La boursière Rebecca Morency signe sa déclaration en présence de MM. Sylvain Roy, député de Bonaventure avec lequel elle a été jumelée à l'automne (à gauche), et Claude Cousineau, vice-le président de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant (à droite).

Le jumelage nous a définitivement permis d’avoir une perspective unique sur le travail des députés. Aidés par la nature non partisane du stage, nous avons pu profiter de leur ouverture à notre égard et avons été impliqués dans plusieurs aspects de leur travail. Impressionnés par la rigueur et le sérieux avec lequel nos mentors considèrent leurs rôles, nous avons également constaté à quel point le travail et les profils des députés sont variés: certains consacrent davantage de temps dans leur circonscription, d’autres suivent plus assidûment l’actualité, tandis qu’il y en a qui se concentrent principalement à leurs fonctions parlementaires et aux travaux à l’Assemblée nationale. Bien que nous ayons bénéficié d’une expérience différente les uns des autres, nous en sommes sortis grandis et enrichis par les nouvelles relations créées avec les députés et leurs équipes respectives.

Si les travaux automnaux du Parlement ont été plus courts qu’à l’habitude, ils n’en ont pas été moins intenses: élection du président, discours d’ouverture, nombreux projets de loi à adopter et dépôt du budget. Au-delà de ce travail, il était vraiment intéressant de vivre le rythme et l’ambiance du Parlement, à la fois intenses et stimulants. Nous ne faisions pas que lire les compte rendus dans les médias, ni même agir en tant qu’observateurs. Nous participions bel et bien à ériger le Québec de demain. Et nous n’avons pas moins d’attentes pour la suite des choses !

 

 

 

 

 

 

 

Accueil Nous joindre

Logo de l'Assemblée nationale du Québec

Fondation Jean-Charles-Bonenfant

Programme de stages
© Assemblée nationale du Québec