Les stagiaires 2018-2019

Benoit Bérubé

Benoit BérubéAgronome, entrepreneur et bientôt maître en biologie végétale de l’Université Laval, Benoit est foncièrement motivé par le développement responsable du domaine agroalimentaire québécois. Côtoyant dès son plus jeune âge la réalité des producteurs agricoles sur la ferme familiale en Gaspésie, il acquiert rapidement un regard pragmatique sur les enjeux humains, professionnels ainsi que politiques qui affectent les régions éloignées des grands centres. Il est important pour lui de s’impliquer dans son milieu, d’examiner les problématiques, de les résoudre avec une approche globale empreinte d’ouverture et de pousser chacun de ses contemporains à se dépasser. Benoit a notamment mis en pratique ces maximes en participant au programme national de bénévolat Katimavik, en s’impliquant au sein de plusieurs associations étudiantes à portée politique, culturelle ainsi que scientifique et en devenant associé dans la fière relève de la ferme familiale depuis 2016. Il termine actuellement la rédaction de son mémoire portant sur l’impact des pratiques culturales sur la biodiversité du microbiome des sols agricoles.

Passionné par la pédagogie, il a aussi occupé plusieurs postes d’auxiliaire de recherche et d’enseignement durant son parcours scolaire. Hors cursus scolaire et professionnel, Benoit s’entraîne régulièrement au squash et à la natation. Il profite également d’escapades en nature aussi souvent que possible, de préférence à proximité du majestueux fleuve Saint-Laurent, et il dévore une variété d’ouvrages sur la psychologie humaine. Il voit son passage à l’Assemblée nationale comme un tremplin qui lui permettra de travailler à un développement régional en sachant mieux concilier les rouages politiques aux réalités des chercheurs, des professionnels et des producteurs en agroalimentaire.

 

 

Karim Chahine

Karim ChahineNé d’une mère française et d’un père marocain, Karim a grandi dans la ville de Québec. Titulaire d’un baccalauréat en histoire de l’Université Laval, il est présentement en voie d’obtenir une maîtrise dans ce domaine. Son mémoire de maîtrise porte sur l’écriture de l’histoire canadienne-française durant la seconde moitié du 19e siècle, et plus spécifiquement sur la poétique de l’histoire dans les récits historiques de François-Xavier Garneau et de Benjamin Sulte. Au cours de ses études, il a aussi eu l’occasion de s’impliquer dans son association étudiante à titre de représentant étudiant et comme organisateur du 18e Colloque international étudiant du Département des sciences historiques de l’Université Laval.

Ses recherches et son implication lui ont valu deux bourses d’excellence de la Faculté des lettres et des sciences humaines de cette même université, en l’occurrence la bourse en histoire de la Nouvelle-France ou des francophones d'Amérique du Nord et la bourse de maîtrise Thérèse-Demers en histoire du Canada. Dans un autre ordre d’idées, il y a de fortes chances que vous croisiez Karim dans un café de la ville de Québec en compagnie de Flaubert, de Sénèque et de Kanye West… dans ses écouteurs. En tant que stagiaire de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant, il espère pouvoir vivre de près le quotidien de femmes et d’hommes députés et de différents acteurs du parlementarisme québécois, tout en approfondissant ses connaissances des institutions politiques.



Catherine Gagnon

Catherine GagnonNative de Thetford Mines, Catherine a complété un baccalauréat intégré en économie et en politique avec une mention d’honneur du doyen en 2018, à l’Université Laval. Durant son parcours au premier cycle, elle a notamment eu la chance d’effectuer une session à Lund Universitet, en Suède. Passionnée par l’économie et la politique, les deux disciplines de son baccalauréat, Catherine a vécu différentes expériences dans ces domaines. Elle croit  toujours en la complémentarité de l’économique et la science politique, qu’elle juge essentielle à la compréhension du monde. Elle a, entre autres, travaillé en tant qu’auxiliaire de recherche en science politique, se concentrant principalement sur l’évaluation dans l’administration publique. Elle possède aussi une expérience dans la fonction publique, ayant fait un stage en économie au ministère de l’Environnement, du Développement durable et de la Lutte contre les changements climatiques.

Grande passionnée de culture et d’histoire, Catherine voyage dès qu’elle en a l’occasion. Elle a d’ailleurs participé à une école d’été sur le patrimoine en Espagne, en partenariat avec l’Institut du patrimoine culturel de l’Université Laval. L’été précédent, lors d’un stage parlementaire, elle a eu l’occasion de se familiariser avec l’environnement de l’Assemblée nationale en agissant comme guide. Cet emploi lui a permis de cultiver son intérêt pour les institutions démocratiques. Le stage de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant représente pour elle une occasion de mieux comprendre la vie parlementaire au quotidien et l’ampleur des travaux qui se déroulent dans l’envers du décor. Elle souhaite également en découvrir davantage sur l’arbitrage entre les travaux législatifs à l’Assemblée nationale et le travail en circonscription des personnes élues.

 

 

Christian Jaouich

Christian JaouichOriginaire du Canton-de-Hatley, Christian est titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise en histoire de l’Université Laval, où il s’est spécialisé en histoire du Moyen Âge. Ses recherches ont porté sur les mécanismes théologiques et juridiques employés par la royauté française pour diaboliser les Templiers dans le cadre de leur procès pour hérésie. Parallèlement à ses études, il a effectué divers contrats d’auxiliaire d’enseignement et de recherche au Département des sciences historiques, au Département de communication et d’information et à la Faculté de théologie et de sciences religieuses. Il a également travaillé au Service de la recherche de l’Assemblée nationale, où il était responsable de la compilation des dossiers de recherche concernant tous les partis politiques ayant siégé au parlement depuis 1867. Au cours de l’année 2016-2017, il a participé au Parlement Jeunesse du Québec à titre de député de la 67e législature de même qu’à la simulation de la Ligue des États arabes, qui s’est tenue à l’Université de Georgetown à Washington. Après ses études, il s’est envolé pour Paris afin d’entreprendre un stage au Secrétariat général de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie. Dans le cadre de ses fonctions, il a notamment participé à l’organisation de la réunion de la Commission politique, qui s’est déroulée à Erevan, en Arménie, du 19 au 21 mars 2018. Ses temps libres sont consacrés à la lecture, à la musique et aux échecs. Le stage Jean-Charles-Bonenfant sera l’occasion pour lui de poursuivre ses réflexions sur le parlementarisme et de comprendre plus en profondeur les rouages de la politique.

 

 

Astrid Martin

Astrid MartinNative de Saint-Ubalde dans Portneuf, Astrid est titulaire d’un baccalauréat en anthropologie sociale et culturelle et d’une maîtrise en aménagement du territoire et développement régional de l’Université Laval. Au cours de ses études de 2e cycle, elle s’est particulièrement intéressée aux questions touchant la participation citoyenne et la gouvernance. Son essai de maîtrise réalisé à l’École polytechnique de l’Université de Tours en France portait sur la collaboration entre les autorités municipales et les associations civiles dans les initiatives de réappropriation citoyenne du territoire. Ses études universitaires ont été récompensées d’une mention d’honneur de la doyenne de la Faculté des sciences sociales et d’une inscription au tableau d’honneur de la Faculté des études supérieures et postdoctorales.

Généraliste assumée, Astrid a œuvré au cours de ses études dans des organismes aussi variés que le Centre d’excellence sur le vieillissement de Québec, la Régie de l’assurance maladie du Québec et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation en plus d’avoir travaillé comme page à l’Assemblée nationale. Depuis sa diplomation, elle a occupé un poste d’aménagiste et de coordonnatrice du Plan de développement de la zone agricole à la MRC de Charlevoix, où elle a réalisé son stage de l’Ordre des urbanistes.

Elle s’intéresse également aux questions agroalimentaires dans ses temps libres, puisqu’elle pratique l’apiculture et aspire à devenir une meilleure jardinière année après année. Astrid souhaite profiter de son passage à la Fondation afin d’en apprendre davantage sur les rapports entretenus entre les différents paliers de gouvernance.

 

Accueil Nous joindre

Logo de l'Assemblée nationale du Québec

Fondation Jean-Charles-Bonenfant

Programme de stages
© Assemblée nationale du Québec